Marché, broderies et garde du roi (1664)

Archives nationales, Minutier Central, étude VIII, 705, marché du 16 janvier 1664. Transcription en fin d’article, le formulaire en gris.

L’acte est un marché passé entre un artisan brodeur et chasublier, Denis Troffard, et Guillaume Desmoulins, un garde du roi et plus précisément un garde de la prévôté de l’hôtel du roi, à propos de la confection et broderie d’un hoqueton ou veste ample. Le sieur Desmoulins fournit les matières premières que Denis Troffard va travailler, en s’appuyant sur le modèle du hoqueton d’un collègue de Desmoulins, et moyennant 150 livres payables en deux fois, une moitié lors de cet acte, la seconde à la livraison après contrôle réalisé par des experts (l’acte mêle ici « marché » et « quittance » pour la moitié de la somme. Il n’y a pas de quittance postérieure pour le reste dû). Notons le redoublement (d’inattention?) de « de tous despens et dommages » et la signature hésitante du brodeur.

Ce type de marché concerne souvent des bâtiments mais aussi des objets quotidiens de prix, faits sur mesure, avec en fin le contrôle qualité d’experts extérieurs. Ici, il s’agit de la pièce principale du costume de garde de la prévôté de l’hôtel du roi qui leur donne leur surnom de « hoqueton du roi ». Créés au XIIIe siècle, ces gardes à cheval, au nombre de 88 servant par quartiers, plus leurs officiers, font partie de la Maison militaire du roi, l’accompagnent lors de ses sorties et font la police à la Cour. Milieu réservé à la noblesse, le notaire n’indique cependant pas la qualité nobiliaire de Guillaume Desmoulins.

Leur costume comprend plusieurs éléments, dont ce hoqueton : l’acte en question ne précise pas plus le détail des broderies (or de Milan, argent de Paris, 3 bouillons d’argent à queue) et renvoie à un modèle relatif. Heureusement, en 1764, l’abbé d’Expilly décrit ce hoqueton en détail en ces termes « hoqueton ou cotes d’armes sur l’épaule droite à bouillons d’orfévrerie, fleurs-de-lys & L couronné d’or, incarnat, blanc et bleu, couvert d’ancienne broderie d’or et d’argent, & pour devise devant et derrière, une masse d’Hercule et deux épées nues aux côtés en or ». Expilly y ajoute la devise de Louis XIII Erit haec quoque cognita monstris (Elle sera aussi connue des monstres) mais plus probablement Desmoulins fait ajouter la nouvelle devise de Louis XIV Nec pluribus impar.  (Louis-Alexandre Expilly Dictionnaire géographique, hsitoire et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, 1764, tome III, p. 278). Les matériaux sont ici fournis par le client, contrairement aux marchés de bâtiments : il s’agit de produits de qualité, le fil d’or de Milan, le fil d’argent produit à Paris même, le drap d’Usseau, un village censé être proche de Carcassonne – que je n’ai pas retrouvé – et qui témoigne de la forte production de drap languedocien à cette époque.

Marché, grosse

du 16e janvier 1664

Fut présent en sa personne Denis Troffard, maistre brodeur et chazublier à Paris, demeurant au fauxbour Saint-Germain-des-Prez, rue Sainte-Marguerite, parroisse Saint-Sulpice, lequel a recognu et confesse avoir promis et promet à Guillaume Desmoulins, l’un des gardes du roy, demeurant audit Saint-Germain-des-Prez, rue Saint-Dominique, à ce présent et acceptant de luy broder d’or de Milan et argent de Paris, bien et deument, et remply comme il appartient, un hocqueton pour servir à son usage ; et à cet effet fournir l’étoffe d’iceluy du drap d’Usteau en telle quantité qu’il conviendra ; fournir aussy trois rangs de bouillons d’argent à queue, tant devant que derrière, de la grandeur et pesanteur de ceux qui sont sur le hocqueton du sieur Benesteau, aussy l’un des gardes du roy, et les coudre et appliquer sur ledit hoqueton à tous ses frais et despens ; à rendre icelluy hocqueton bien et deument faict et parfaict au dire d’ouvriers et gens à ce cognoissans dans trois sepmaines d’huy prochains à peines de tous despens, dommages, de tous despens, dommages (sic) et intérestz. Ce marché faict pour et moyennant la somme de cent cinquante livres tournois sur laquelle ledit Troffard a présentement receu dudit sieur Desmoulins la somme de soixante et quinze livres dont etc quittant etc et le reste de ladite somme ledit sieur Desmoulins l’a promis bailler et paier audit Troffard ou au porteur etc en luy livrant ledit hocqueton faict et parfaict comme dict est. Car ainsy promettant et obligeant corps et biens, renonçant etc. Faict et passé à Paris es estudes etc. l’an mil six cent soixante quatre le seiziesme janvier avant midy, et ont signé.