Qu’est-ce que le « ductus »?

Ce week-end a été l’occasion pour moi de visionner de nouveau un petit film réalisé en 1975, d’une vingtaine de minutes, sur ce qu’on appelle le « ductus », commenté par Jean Mallon, paléographe spécialisé de la période romaine et considéré comme le fondateur de la « nouvelle école de paléographie française ».

Et donc le ductus me direz-vous, pourquoi ce mot barbare? Du latin ducere (d’où viennent des mots tels que conduite, induction, etc), qui signifie entre autres choses tracer, c’est la manière de tracer une lettre qui, de fait, a des implications énormes sur le rendu (oui, on enfonce des portes ouvertes, mais apparemment avant lui on avait laissé cet aspect de côté…c’est un peu comme si on ne prenait pas en compte le matériel et la façon dont un artiste a réalisé son oeuvre) et surtout sur son évolution.

Bref, si vous voulez savoir pourquoi le g a deux boucles, une en-dessous de la ligne, une au-dessus et tout plein d’autres choses, dans une présentation ayant le charme de l’ancien pas trop périmé, c’est un beau documentaire.

 

Quelques captures d’écran : la première image retrace le parcours de la main, en ligne continue sur le papier, en pointillé dans l’air, la 2e est l’évolution de deux lettres, la 3e image est un contrat de vente d’un cheval datée de 77 après J.-C., l’écriture suivante du IVe siècle montre le même mot – si si si – et la dernière est tirée d’un acte de Childebert III de 695, avec les mots Rex Rom). Et là vous comprenez que malgré tout, les XVe, XVIe et première moitié du XVIIe siècles français ne sont pas si horribles, non?