1660, l’Irlandais Henry Lebrun fait sa rentrée et envisage une carrière d’enseignant

VIII_692-min
Archives nationales, étude VIII, 692, convention du 14 décembre 1660.

Après quelques longues semaines de silence, Archives Minutes revient avec Maistre Henry Lebrun, dans une formule qui sera désormais semi mensuelle pour cause de multiples projets chronophages, et vous espère que tous, et en particulier professeurs, élèves et étudiants, ont eu une bonne rentrée.

En 1660 Henry Lebrun, acolyte du diocèse de Tuam en Irlande (au-dessus de la ville de Galway, en réalité un archi-diocèse), passe une convention avec Pierre Taf, directeur du collège des Irlandais à Paris, au faubourg Saint-Germain, pour pouvoir poursuivre ses études avec l’aide du collège, et s’engage soit à y enseigner un laps de temps équivalent au nombre d’années d’études, soit à payer 300 livres par année d’étude.

Cette convention donnant-donnant est assez frustrante en réalité car on ignore ce qu’il en est réellement advenu d’Henry Lebrun et de son engagement : a-t-il pu finir ses études, a-t-il choisi de rembourser ou au contraire d’enseigner? De même que la carrière de Pierre Taf nous demeure inconnue.

Ce qui est sûr c’est que la communauté irlandaise à Paris est forte au XVIIe siècle. Le collège des Irlandais en est un pivot : fondé à la fin du XVIe siècle par le prêtre John Lee, d’abord informellement puis officiellement en 1605, le collège obtient de Louis XIV d’être installé en 1677 au collège des Lombards (qui comme son nom l’indique abritait avant des Italiens), grâce à la protection de l’abbé Patrice Maginn, grand aumônier de la défunte reine d’Angleterre. Sa mission : recueillir des émigrés et les former en tant que prêtres pour partir lutter contre le protestantisme dans les îles anglo-saxonnes.

La salle des inventaires virtuelles des archives nationales, à défaut de donner à voir d’autres actes concernant l’hibernois Henry Lebrun font état qu’à la fin du XVIIIe siècle, des individus du diocèse de Tuam séjournaient encore à Paris, comme ce Thomas Macnally, décédé rue Saint-Etienne-des-Prés et dont un inventaire après décès est réalisé en 1776 (étude LVIII, 475, acte du 12 janvier 1776).

Pour plus de renseignements sur les Irlandais et la France, lire The irish-French Connection, 1578-1978, sous la direction de Liam Swords, 1978.

14 décembre 1660

convention

faict grosse

Fut présent en sa personne Maistre Henry Lebrun, clerc (rayé) acholite du dioceze de Teram en Irlande, demeurant à présent dans la famille des Irbernois au fauxbourg Sainct-Germain-des-Prez-lez-paris, rue du Vieil-Colombier, parroisse Sainct-Sulpice, lequel en considération de ce qu’il a esté receu et admis dans la famille instituée pour l’éducation des enfans nobles audit fauxbourg Sainct-Germain, a promis et promet à Maistre Pierre Taf, directeur de ladite famille à ce présent et acceptant tant pour luy que pour ses successeurs en ladite place de directeur qu’après qu’il aura parachevé le cours ordinaire de ses estudes en ladite famille, de demeurer actuellement dans le service ou deppendance d’icelle famille autant et pendant tel espace de temps qu’il aura esté à charge à ladite famille à cause de son éducation et employ de ses estudes, ou bien de payer à ladite famille par forme de pension la somme de trois cens livres par chacune des années qui se trouveront lors avoir esté consommées à sadite éducation et estudes. Promettant, obligeant, renonçant, faict et passé à Paris es estudes, l’an mille six cent soixante le quatorziesme jour de décembre avant midy et ont signé.